LA VOIE DU SAMOURAÏ : " Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas." Lao-Tseu

Qui suis-je ?

Bonjour,

Je suis Nazira, je travaille dans le secteur de la santé en tant que réceptionniste. Je suis mariée et j’ai quatre enfants. Ces dix dernières années, j’ai eu diverses activités:

– flûtiste amateur ( flûtes traversières Soprano, Alto et Basse), débutante au violon et ainsi qu’à l’orgue

– choriste dans le pupitre alto et soprano, chanteuse lyrique amateur

– pratiquante du katana et divers techniques de kobudō (古武道).

La pratique du sabre est un art qui me tient à cœur, il me permet de trouver mon équilibre, d’avoir un meilleur ancrage, d’apprécier l’instant présent, il fortifie mon corps et affûte mon mental. Grâce  à cet art, je peux  faire face aux stress et difficultés de la vie courante. Quand sur une longue période, je cesse mon entraînement, je ressens un manque, comme si une partie de moi s’était égarée et je me remets alors à la conquête de ce trésor perdu. Il m’est arrivé de partager, d’enseigner cet art avec quelques personnes intéressées et j’ai trouvé une grande joie dans ces moments d’apprentissage. Il m’est venu tout naturellement qu’il était temps de partager aussi mes connaissances à travers un blog. Je ne prétends pas  être une experte mais je possède de bonnes bases. L’art de manier le sabre est un apprentissage de toute une vie, la pratique régulière, voir journalière permet d’atteindre une bonne maîtrise. Pendant trois ans, j’ai reçu cet enseignement, j’ai eu la chance de pouvoir suivre une pratique régulière au dojo cinq jours par semaine, ce qui m’a permis d’être à l’aise en moins d’un an. Il est clair que j’ai ainsi pu égaler les « anciens » qui étaient là depuis quatre à six ans (mais qui ne pouvaient venir à l’entraînement qu’une fois par semaine ) . J’ai apprécié ces trois années d’entrainement et de partage mais je n’ai pas pu continuer  car tout simplement mon maître d’arme, mon Senseï (先生) est un itinérant, il aime voyager à travers le monde et offrir à toute personne motivée son savoir. Je n’ai pas trouvé de Dojo qui enseigne le Kendo à proximité de mon lieu de travail, ni proche de ma demeure. Habitant en province, je n’avais pas envie de faire des heures de trajets en voiture ou en transport en commun, subir un tel stress  pour une activité qui est sensé m’apporter la sérénité, le calme intérieur et voir ce bienfait s’envoler avec le trajet de retour. Or au cours de mes trois années, j’avais réussi les différentes épreuves imposées par mon Senseï et j’avais l’autorisation d’être un de ses  senpaï  (先輩). Le senpaï a un rôle de tuteur auprès du kōhai (後輩) (le jeune élève).

Donc, en tant que senpaï, j’essaierai au mieux de vous transmettre mes connaissances à la fois pour vous aider et pour ma propre évolution, en effet, il est essentiel pour chacun d’entre nous  de toujours chercher à progresser; « le mouvement, c’est le principe de la vie  » ( Léonard de Vinci). Les articles pour la plupart tourneront autour du maniement du katana 刀 [かたな] mais je compte aussi écrire sur le maniement d’autres armes tel que le nunchaku, les Tonfa, le bo, le naguinata , etc… Je tenterai de définir l’essence du Samouraï à travers sa spiritualité et son mode de vie.

Pour une bonne pratique, je vous conseille de lire en premier lieu le règlement intérieur ainsi que mon premier article Mes premiers pas si ce n’est déjà fait. Je vous souhaite une bonne lecture.

NB: Si par hasard, vous trouvez de grosses fautes d’orthographe, ne vous offusquez pas, je suis dyslexique.    😉

Si vous avez aimé cet article, il y a d'autres sur le sujet
Nazira
 

"Qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il neige, l'apprenti Samouraï de son bokken devient maître. Dès les premières lueurs du jour jusqu'au crépuscule, il pratique la technique des maîtres. Quelles que soient la lassitude et les courbatures, ce jeune guerrier jamais ne cède à la facilité de se plaindre. Son unique objectif: "Devenir meilleur que la veille, bien avant que le jour ne s'éteigne."

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments